Camino Francès - Saint Jacques de Compostelle travel blog


Écouter son corps. La belle affaire. C'est la recommandation que l'on peut lire sur de nombreux bouquins parlant du chemin de compostelle.  Mais dans la premiere semaine  de marche je n'avais aucune idée de la façon d'écouter mon corps. D'ailleurs dans notre vie moderne qui écoute son corps? On en n'a ni le temps ni la connaissance ni l'évidente utilité... C'est d'ailleurs durant les premiers jours que l'on fait le plus d'erreurs par cette incapacité à percevoir tous les signaux qu'envoie chaque partie de son corps . Mauvaise posture, étapes trop longues,  sac trop lourd, on ne boit pas assez,   excès de zèle dans la vitesse du pas, pas assez de repos entre les étapes,....et les petites douleurs deviennent vite de grandes souffrances. Un dicton que j'aime bien est "sur le chemin la douleur est normale mais la souffrance est optionnelle".  Pourtant, au fil des kilomètres de marche et de ces heures où l'on est seul avec soi-même, on apprend a capter et interpréter les signaux envoyés par le corps. Cette petite douleur à la fesse ne serait-ce pas le fait d'avoir trop longtemps marché sur le même côté de ce chemin en devers. Il suffit de changer de coté.  Cette douleur aux épaules et la nuque n'est-ce pas le signe qu'une petite pause s'impose et peut-être délester un peu son sac (par exemple en avançant l'heure du repas pour consommer cette nourriture qui pèse lourd) ? Ce petit picotement presque imperceptible sur le petit doigt de pied n'est-ce pas l'annonce de la formation prochaine d'une ampoule? Notre cerveau se met à l'écoute de cette merveilleuse machine qu'est le corps. La où en s'en rend le plus compte c'est à l'issue d'une longue étape lorsque l'on arrive exténué, et que l'on a un mal fou à faire le soir le chemin qui nous mène de la table du restaurant à la chambre. Chaque pas est laborieux, chaque marche d'escalier vous donne l'impression de faire trois fois votre poids. Comment dans ces conditions envisager de faire à nouveau 5 à 9h de marche le lendemain?  et pourtant.. Dès que vous êtes au lit, c'est comme une usine à réparation qui se met en route pendant votre sommeil et qui va travailler à la réfection intérieure de tous vos muscles pour que tout soit prêt des 6h30 le lendemain matin. Prêt à répartir pour des heures de marche . Fascinant. Notre inconscient  nocturne n'est-il pas plus  efficace que notre conscient diurne qui par de mauvaises décisions va mener le corps à la souffrance ?

Écouter son corps...cela m'évoque l'opposé de la pratique sportive qui dit que lorsque les jambes disent non c'est la tête qui doit dire oui. Erreur! Horreur! c'est bien pour un record sportif mais pas pour le camino qui nécessite un effort soutenu sur des semaines et des mois. Non l'écoute de son corps c'est comprendre quand le corps dit non et agir en conséquence sans le forcer. Le mental au service du physique et pas le contraire.

Voilà ce que m'inspire le camino, à mi-chemin entre St Jean Pied de Port et St Jacques de Compostelle.

A méditer lors de mon retour à la vie normale.

--

Listen to your body. Big deal. This is the recommendation we read in many books about the trip to Compostella. But in the first week of walking I had no idea on how to listen to my body. Besides in our modern life who listens to their body? We have neither the time nor the knowledge nor we see the obvious utility ... It is also during the first days of this walk that the most mistakes are made by this inability to perceive all the signals sent by every part of our body. Poor posture, too long stages, too heavy backpack, you do not drink enough, overzealous speed, not enough rest between stages, .... and small pain soon become great suffering. A saying that I like is "on the way pain is normal but suffering is optional." Yet during  the kilometers of walking and those hours when you are alone with yourself, you get to  learn and interpret the signals sent by the body. This little pain in the ass isn't it due to the walk  for hours on the same side of this curved road. Just change to the next side. This pain in the shoulders and neck isn't it a sign that a break is needed and perhaps unload your backpack (eg by advancing mealtime to eat this food that weighs heavily) ? This little  almost imperceptible

 tingling on the little toe isn't it  the announcement of the upcoming formation of a blister ? Our brain starts listening to this wonderful machine which is the body. The  most surprising thing is after a long trip when you arrive exhausted, you have hard  time to go from your table at the restaurant to your bedroom, each step is laborious, each stair gives you the impression of being three times your weight...how in these conditions to consider doing again 5 to 9h  walk the next day? and yet .. as soon as you are in bed, it's like a repair factory that starts up while you are asleep and that will work to repair and reenergize  all your muscles so that everything is ready for 6:30 am the next morning. Ready to be walk  for many hours again. Fascinating. Our nighttime unconscious is  more effective than our daytime conscious which with bad decisions will lead to suffering.

Listen to your body ... it reminds me the opposite of a pratice in sport activities which says that when the legs say no it is the head which has to say yes. Error! Horror! it's good for a sports record but not for the camino that requires a sustained effort over weeks and months. Listening to your body is to understand when the body says no and act accordingly without forcing. The mental at the service of  the physical and not the other way around.

That's what inspires me the camino, halfway between St Jean Pied de Port and St Jacques de Compostela.

To meditate on my return to normal life.



Advertisement
OperationEyesight.com
Entry Rating:     Why ratings?
Please Rate:  
Thank you for voting!
Share |