Maxiane à la conquête du sud (de l'Amérique) travel blog

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


On part de Potosi le soir en pensant arriver le lendemain à 7h ou 8h. Le voyage dure moins longtemps que ce que l'on croyait, car les routes se sont beaucoup améliorées depuis la parution de notre guide. Et nous voilà à la gare routière de Tarija à 5h du matin. On se précipite à l'hôtel pour aller faire un somme, mais ils sont tous complets. On galère et finalement, à 6h30, on en trouve un avec une chambre libre!

Dès notre réveil, on part découvrir la ville, et là, ce fut un choc. Population sympathique, climat méditerranéen, filles en mini jupes, terrasses de café, palmiers: l'Espagne. On sent qu'on touche presque l'Argentine, à quelques dizaines de kilomètres de là. On a l'impression d'être dans un autre pays: aucune cholita (Bolivienne typique de l'altiplano, avec tresses et chapeau melon) à l'horizon, ici on n'élève pas de lamas mais des vaches (pour des gros steaks à l'argentine), on ne cultive pas de patates, mais on fait du vin, La pauvreté ici n'est presque pas visible. La région est assez riche grâce à ses ressources naturelles et à sa proximité avec l'Argentine. Il n'y a quaiment aucun touriste ici, mis à part quelques Argentins. Nous, on est très contents de voir cette autre image de la Bolivie, bien loin des clichés. Et puis faut aussi avouer qu'on est venus là pour visiter des caves, et surtout déguster du vin. Les Tarijeños sont fiers de nous dire qu'ici se trouve la région viticole la plus haute du monde. À la différence du vignoble visité en Colombie, ici ils font du bon vin! Les vignes poussent à 2000m d'altitude, ce qui leur vaut l'appellationm de "Vino de altura".

On visite une première cave, Campos de Solana, probablement le vin le plus bu en Bolivie. C'est très moderne, ça ressemble aux procédés français, leurs barriques sont en chêne français. Mais à la fin du tour, on se regarde avec la guide, en chiens de faïence, attendons, et elle nous dit au revoir sans nous proposer de dégustation... Un peu frustres, on prend un trufi (taxi collectif), pour visiter une autre cave. On arrive au village de La Concepcion, les paysages sont tres differents de ce qu`on a vu jusqu`a present. Ce sont des vallees vertes, a seulement 2000m d`altitude. Le trufi nous arrete devant la Casa Vieja, une vieille batisse, sans enseigne, censee etre la propriete d`un vignoble traditionnel.

On entre, accueillis par des barriques. On trouve un patio entoure de tables. Une est occupee par 3 jeunes, dont un a la guitare, accompagnes de leurs verres de vin. Ils nous invitent a se joindre a eux. Ici, il n`y a pas de visite, il n`y a que de la degustation! On boit donc un verre de rouge en compagnie d`un Bolivien, un Argentin et un Anglais. Finalement, on mange la, on joue de la musique, on discute politique tout en goutant tous les vins produits la.

Les tables voisinent se remplissent, l`ambiance monte, chaque table y va de sa petite chanson chaceña (de la region du Chaco, qui englobe le sud de la Bolivie et le nord de l`Argentine). De plus en plus de tables se rencontrent, et nous faisons la connaissance d`Amo et Natalie, et d`un groupe de Boliviens qu`ils ont rencontres ici. Amo est Parisien, Natalie Australienne, et ils vivent tous les deux a Londres. On s`accompagne de vino blanco seco (celui la, on l`a pas goute), et on se fait inviter chez un des Boliviens. On s`arrete en cours de route tous les 9 pour boire un coup dans une bodega. En arivant chez le Bolivien, on sent que la soiree va etre pourrie: dans sa cour, des vehicules militaires et une carcasse de bus... Amo fait mine d`etre malade et on s`eclipse tous les 4 pour aller diner en ville.

On passe une excellente soiree et on se promet de se retrouver a La Paz dans 10 jours.



Advertisement
OperationEyesight.com
Entry Rating:     Why ratings?
Please Rate:  
Thank you for voting!
Share |