Burkina Faso avec Uniterra travel blog

Préparation de la salle no 1 pour le médecin par Emmanuelle, Cristèle...

Préparation de la salle no 2 pour la sage femme

La salle d'attente de la clinique à Houndé

Entrées des résultats d'examen au registre électronique Cristèle et Caroline

Docteur Atara examinant une patiente avec Tantie Fanta en formation

Identification des patientes dans la salle d'attente (Amandine et Arlette, infirmière REVS+)


Houndé est une ville d'environ 21 000 habitants située à plus ou moins 100 km à l'est de Bobo. Elle est la capitale de la province voisine, le Tuy. Bobo est située dans la province du Houet. REVS+ y a une antenne qui collabore avec nous (nous = REVS+ siège social à Bobo) pour l'organisation de cette fin de semaine de dépistage du cancer du col de l'utérus.

Je me lève au chant du coq, à 5h du matin, car nous devons quitter à 6h. Il fait noir comme dans... un four à pizza. Malheureusement, c'est aussi l'heure des moustiques qui sont particulièrement voraces aujourd'hui. Même les Burkinabés rouspètent.

Pascal est légèrement en retard ce matin mais je ne suis pas la dernière arrivée au point de rendez-vous. Tant mieux car Dr. Atarra n'est pas content du délai. Tantie Fanta lui fait remarquer à la blague que nous sommes en Afrique après tout!

A destination, c'est le branle-bas de combat. Il y a déjà 230 femmes inscrites pour la fin de semaine. Au moins la moitié sont arrivée avant nous et attendent dans la salle d'attente extérieure. La température moyenne à l'extérieure comme à l'intérieur atteint rapidement celle... d'un four a pizza. L'air chauffé chargé de poussière fait tousser tout le monde, même les burkinabés. Il y a une petite altercation avec un des responsable du centre médical qui clâme ne pas avoir été averti de notre visite. Tantie règle ça assez vite. Je n'ai qu'entendu la conversation qui se passait hors de ma vue mais j'aurais bien voulu voir parce aue le responsable de la clinique est un Burkinabé albino. Ce sera pour une autre fois.

Les patientes viennent de jusqu'à 50 km à la ronde pour avoir la chance de cette consultation médicale gratuite. Avec des moyens de transport limités, il n'est pas surprenant de constater que certaines ont faire le voyage la veille et dormir à Houndé.

Ma mission aujourd'hui, si je l'accepte, consitera à compiler le registre informatique des patientes et des résultats d'examen ainsi que de préparer les potions magiques nécessaires. Cet ordre de mission s'autodétruira dans 10 secondes. (Oui, je délire, c'est la chaleur.)

La première potion est une préparation d'acide acétique 4% à partir d'une solution pure. Facile, c'est 4 mL dans 100 mL et pour l'eau de javelle à 0.5% (trempette de Dakin) c?est 100 mL dans 1L... mais on a aucun récipient gradué ici! Tantie, qui préparera les potions demain, me déniche des gobelets (comme un tasse à mesurer sans graduation qui sert normalement à boire de l'eau) et des pots de prélèvements gradués jusqu'à 110 mL. Bon, adaptation rapide, je convertis les mesures selon les récipients disponibles et le tour est joué. Malgré les gants de latex, mes doigs sentirons l'acide acétique jusqu'au soir.

Je suis également désignée comme photographe de mission et j'ai peur que mon appareil ne fonde comme du fromage... dans un four à pizza. Vou savez qu'il fait chaud?

L'attente est longue pour les femmes mais elles sont assez calmes. Je vous ai dit qu'il fait chaud??? Le Dr Atara nous interdit de s'arrêter pour le lunch avant d'avoir fait 100 patientes. Il est au moins 15h lorsqu'on y arrive et tout le monde est cuit... comme des pizzas dans un four. Nous sommes rouge tomate et dégoulinants de moiteur. Pour oublier ma faim et ma soif (la dernière goutte de ma réserve d'eau s'est évaporée depuis longtemps), je m'enfonce dans le travail et continue non-stop jusqu'à ce que quelqu'un viennent me tirer de mon hypnose obsessive pour m'annoncer qu'un repas est servi.

Nous sommes vite de retour au boulot jusqu'à la fin de la journée, au coucher du soleil. Je commence à perdre mon acuité mentale et émotionelle et chantonne en travaillant les filles me regardent comme si j'avais deux têtes (comme dirait Maureen). Elle ne savent pas que plus je suis fatiguée plus je peux paraître de bonne humeur. Ah! Cette chaleur.

Un dernier événement important de cette journée est que j'ai eu le temps de me marier puis de divorcer. Un infirmier burkinabé identifie une dame comme togolaise à cause du type de scarification sur son visage, ce qui attire mon attention. Elle et sont mari sont bien impressionnés par "mon" ordinateur et Monsieur aimerait bien que je lui donne des cours. De fil en aiguille, la conversation glisse sur le mariage et il fini par me prendre la main pour me montrer les gestes de l'union et me déclarer sa femme. J'accepte avec plaisir mais rétorque que je ne serai que première épouse ou rien! Monsieur ne veut pas d'autre première épouse que sa femme... c'est le divorce. Notre mariage n'a duré que quelques minutes.

Je vous ai dit qu'il fait chaud comme dans un four à pizza???

Entry Rating:     Why ratings?
Please Rate:  
Thank you for voting!
Share |