Voyage de Thierry en Inde du Sud 2007 travel blog


C'est toujours dur de quitter des gens qu'on a commence a connaitre et qu'on apprecie. Neeta m'offre un petit cadeau d'adieu, un petit bibelot en argent representant un dieu indien et me serre dans ses bras, ce qui est tout a fait exceptionnel en Inde. Comme Amaresh doit poursuivre ses etudes, il se peut qu'il doive aller au Royaume Uni donc je lui demande de venir me rendre visite s'il passe en Europe un jour. Neeta me demande de revenir chez elle prochainement et m'accompagne jusqu'a l'escalier...

Gopu a des problemes digestifs ce matin. Je lui propose des cachets d'Ercefuryl et de Motilium pour soulager ses nausees. Les medicaments font rapidement leur effet et il me remercie.

J'accompagne Gopu sur son lieu de travail. Il est officiellement pensionne mais continue d'enseigner la langue des signes indienne. Je lui demande de s'arreter a un bureau de change car j'ai depense presque 100 euros depuis mon arrivee en Inde et j'ai besoin d'argent pour tenir jusqu'a Madras, car d'ici la, je vais traverser des bourgades ou il se peut qu'il n'y ait aucune possibilite de changer de l'argent. J'ai deux billets de train: un pour Kurnool et un autre pour Tirupati. Apres Tirupati, j'irai soit a Kanchipuram, soit a Madras. Ces deux villes constituent des etapes incontournables pour moi.

A l'Institut National des Deficients Auditifs (National Institute for Hearing Handicapped, NIHH), Gopu me presente a son jeune collegue, Neil Fredrick, un Indien catholique. Ils me demandent de me filmer en train de signer les differents pays du monde. C'est la moindre des choses que je puisse faire pour eux et j'accepte mais en leur signalant que certains de mes signes peuvent n'etre utilises qu'en Belgique uniquement.

Apres cela, Neil, Gopu et moi allons dejeuner dans un snack local. Je commande un Rawa Dosa, une crepe indienne avec une sauce epicee avant de prendre avec Gopu un auto-rickshaw en direction de Kacheguda, un des quartiers de Hyderabad.

Je saute dans le train en direction de Kurnool en me demandant ce que je vais trouver sur place. Mes guides ne mentionnent aucun logement ni aucun restaurant sur place. Je sais qu'a Alampur, il n'y a aucune possibilite d'hebergement et que je dois trouver a me loger a Kurnool Town. Je voyage en classe Sleeper (La classe Sleeper est celle utilisee par les Indiens de la classe moyenne). Mes compagnons de voyage sont tout a fait indifferents a ma presence, ce qui m'epargne pour une fois les regards de curiosite et les questions stupides des gens.

En arrivant a Kurnool, je demande au chef de gare s'il connait un hotel decent pour moins de 300 roupies. Il me propose de prendre une chambre dans la gare meme pour 100 roupies (En Inde, des chambres sont reservees dans certaines gares aux voyageurs en transit; comme je suis en transit pour 28 heures, j'ai officiellement droit a une chambre). Je paie 100 roupies (1,90 EUR) et je prends possession des lieux. La chambre est immense et propre, avec une douche et des toilettes turques, le tout dans un etat de proprete etonnant pour ce prix.

Je pars a la recherche d'un restaurant en ville. Il me faut marcher pendant environ 1km avant de trouver le centre ville et un restaurant non-vegetarien. Ne reconnaissant quasiment rien de familier dans le menu qui m'est propose, j'opte pour la solution la plus raisonnable : un poulet afghani, que j'ai deja mange au Pakistan. Je connais le gout et je ne risque pas de me bruler l'oesophage avec une sauce trop pimentee. Le poulet qui m'est servi est pimente, mais pas plus que ce que j'ai deja mange jusqu'a present en Inde. C'est tout a fait mangeable, meme si j'aurais souhaite quelque chose d'un peu moins pimente. Mais le fait est que je n'ai eu aucun probleme digestif du aux piments. Je supporte parfaitement les epices indiennes (et on m'a fait gouter pas mal de plats differents depuis mon arrivee). J'espere juste que ce ne sera pas plus epice dans le Kerala et le Tamil Nadu. Je me suis habitue a manger avec les mains mais je dois encore me mettre en tete que je ne dois toucher aucune nourriture avec ma main gauche (qui ne sert qu'a porter les assiettes, les verres et a utiliser des couverts ... et aussi me laver le derriere vu que je n'utilise pas de papier toilette ici ...). Meme le pain doit etre decoupe avec la main droite, sans utiliser la main gauche. On s'y habitue, mais pas evident du tout au debut. Il faut imperativement se laver les mains avant et apres les repas, retirer ses chaussures dans une maison, et dans certains magasins, se laver les pieds en rentrant apres une journee dehors.

Bref, visiter l'Inde avec ses habitants est une experience que je recommande, meme si cela signifie changer ses habitudes alimentaires et comportementales.



Advertisement
OperationEyesight.com
Entry Rating:     Why ratings?
Please Rate:  
Thank you for voting!
Share |