Camino Francès - Saint Jacques de Compostelle travel blog

parlement à Léon

Pour les pelerins kiosque avec paiement nourriture au don - food break...

Encore des chemins plats et interminables - Still long flat boring track

Arrival in Hospital de Orbigo


36km - 10h

Aujourd'hui étape terrible avec 10h de marche en ligne droite. La il faut vraiment avoir un moral d'acier. Heureusement que Christophe a souhaité m'accompagner on a pu ainsi se remonter mutuellement le moral. Christophe a même fait mieux : si vous vous souvenez j'avais indiqué que Christophe est infirmier mais qu'il est aussi coach Professionnel.  Il suit beaucoup de patients qui sont en dépression.  Il m'a donc demandé si je voulais que l'on applique le "mindfulness", cette pratique qui permet de se concentrer sur tous ses sens et apprendre à profiter de l'instant  présent. En cours, les étudiants peuvent arriver à mettre 10 minutes pour manger un grain de raisin sec: découvrir visuellement sa forme,  puis son odeur, puis sentir son aspect en le roulant sous la langue sans le croquer, etc..). On a donc pratiqué en marchant : concentration sur la brise sous ce soleil chaud et son effet sur la peau, le bruit des oiseaux, la localisation des petites douleur... Bon je ne sais pas si à l'issue de cet exercice je savais profiter un peu plus de l'instant présent mais ça m'a bien occupé l'esprit pendant cette marche monotone !

J'ai parlé à plusieurs reprises d'un chemin long et plat dans les étapes entre Burgos et Léon (la fameuse Meseta). Mais est-ce que ce tracé apporte vraiment quelque chose de positif au pelerin?

Une réponse interessante m'a été donnée par José le pelerin coureur Espagnol. Il dit que le chemin a trois grandes parties correspondantes à trois objectifs.

- les dures etapes de montagnes de St jean pied de Port à Burgos : c'est aider le  pelerin à connaître son corps et ses limites. C'est dans cette partie d'ailleurs que l'on fait des erreurs que l'on corrigé vite ! (cf mon genou tordu parce que je suis allé trop vite dans les descentes)

- entre Burgos et Leon la monotonie : c'est au cours de ces longues étapes que Le pelerin, face à lui-même dans un paysage triste va "sortir" tous ses problèmes personnels (familiaux, professionnels, etc) qu'il transporte avec lui sur le chemin.  Il n'est pas rare paraît il d'entendre des pelerins parler tout seul dans ces étapes.

- Après Léon ce sont des paysages verts, collines agréables qui donnent une grande énergie au pelerin qui va se mettre à avoir des pensées positives et faire des projets....

Belle analyse.  On y croit ou pas mais pour être passé par là je pense qu'il y du vrai. A suivre donc dans les etapes à venir.

--

36km - 10h

Today terrible stage with 10 hours of straight walking. I  really need to have nerves of steel. Fortunately Christophe proposed to accompany me. This  helps to get motivated. Christophe helped efficiently : if you remember I wrote that Christophe is a nurse but is also coach Professional. It follows many patients who are depressed. He asked if I wanted to  practice  the "mindfulness" which allows to focus on all senses and learn to enjoy the present moment. In the course, students can spend  10 minutes to eat a dried  grape: visually discover its shape and smell, feel the appearance by rolling under the tongue without chewing it, etc ..). we apply tbis technique while walking: focus on the breeze under the hot sun and its effect on the skin, the sound of birds, the location of small pain ... Well I do not know if at the end  I know how to enjoy the present moment  but I got a very busy mind during this monotonous  walk!

I have spoken several times of a long, flat path in stages between Burgos and Leon (the famous Meseta). But is it really that this route brings something positive to the pilgrim?

An interesting answer was given by José the Spanish pilgrim rider. He says the road has three parts corresponding to three goals.

- 1st hard mountain stages from Saint Jean Pied de Port to Burgos is to help the pilgrims to know their bodies and their limitations. It is in this part also pilgrims  made mistakes that they should quickly correct! (cf the episode when I twisted my knee because I went too fast downhill)

- Between Burgos and Leon is the monotony: it's during these long stages that the pilgrims, facing themselves in a sad landscape will "come out" all their personal problems (family, professional, etc) carried with them on the way. It is not uncommon to hear  pilgrims talking loudly  to themselves in these stages.

- After Leon are green landscapes, gentle hills that give great soul and energy to the pilgrims who will begin to have positive thoughts and make plans ....

Beautiful analysis. We can  believe in it or not but based on my experience I think there's truth. To verify  in the coming stages...



Advertisement
OperationEyesight.com
Entry Rating:     Why ratings?
Please Rate:  
Thank you for voting!
Share |