La vie est belle !!! 2012 Tour du monde 1 travel blog

Une méga gare

C'est pas moi qui va laver les vitres ... de la gare

La Cathédrale de Notre-Dame vue de côté

Vue côté droit

Vue côté gauche

En soirée avec jeux de lumières

Prise 2

Maison typique

Maison des Tanneurs

Il y a du choix

Les cigognes

Un gros oiseau

Un nid parmi tant d'autre

Suite

Plusieurs nids par maison

Concert à l'église Saint-Thomas

Orgue Silbermann 1741

Chantal avec son audio-guide

Horloge astronomique

Un ange sonne sur une cloche

Le jour de la semaine

La tour Petite France

Bateau mouche

Rivière l'Ill

Dernier souper en Alsace

Plat traditionnel Baeckoffe

Kougelhopf glacé au Kirsch d'Alsace


Vendredi le 27 juillet jour 32

Départ de Colmar pour Strasbourg d’une durée de 30 minutes en TGV. La gare de Strasbourg date de 1883. Elle a été construite sous les plans d’un berlinois. L'ensemble formé par le bâtiment principal et la halle métallique fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 28 décembre 1984. La gare de Strasbourg est la principale gare de l'agglomération strasbourgeoise et l'une des principales de l'est de la France.

Notre hôtel est situé au centre-ville (grand île) de Strasbourg. Nous explorons les lieux qui sont beaucoup plus achalandés que dans les villages visités les derniers jours.

Nous marchons dans les vieux quartiers (Petite France) de Strasbourg à une température de 38 degrés…Les bouteilles d’eau sont essentielles.

Au centre de la vielle ville, la cathédrale Notre-Dame prend une place imposante. C’est une cathédrale catholique romaine, représentative de l'architecture gothique. Avec ses 142,11 mètres, après avoir été l'édifice le plus haut du monde de 1647 à 1874, elle est actuellement la deuxième plus haute cathédrale de France après celle de Rouen, achevée précisément en 1876, et culminant à 151 mètres. Elle est reconnaissable par son unique clocher surmonté d'une flèche.

En soirée, dès 22h30, des jeux de lumière sont projetés sur la cathédrale et musique classique s’activent pour le plus grand plaisir des touristes agglomérés sur la place de la cathédrale.

Cela valait le déplacement malgré le fait que nous étions un peu trop près.

Dès notre retour, nous regardons une partie de la cérémonie d’ouverture des jeux olympiques de Londres qui est grandiose et bien orchestré.

Samedi le 28 juillet jour 33

Journée pluvieuse avec un 19 degrés…gros changement avec hier.

Aujourd’hui, c’est jour de Braderie ou marché aux puces pour la 4e année dans toute la vielle ville de Strasbourg. Il y a des kiosques partout, le tramway fait relâche et les rues sont bondées de gens.

C’est la dernière chance de faire des achats à bons prix avant les collections d’automne.

Dès notre arrivée en Alsace, nous avons remarqué que plusieurs cigognes faisaient leur nid sur les toits des maisons et faisaient le guet durant de longue journée.

C’est à Strasbourg que la légende de la cigogne a pris naissance en 1840.

Les Germains font de la cigogne la messagère de la déesse Holda, dont le rôle est de renvoyer dans le monde des vivants les âmes des défunts en les réincarnant. La cigogne, émissaire de la déesse serait chargée d'apporter des bébés aux parents qui en auraient exprimé le désir.

Si une cigogne s'est posée sur votre maison, elle devient votre porte-bonheur dans presque tous les domaines: fécondité et fidélité en premier lieu, mais aussi richesse, santé, protection contre la foudre, bénédiction de la ville entière où elle a élu domicile, etc. Cette quantité de vertus lui a sans doute été attribuée dans les siècles passés parce qu'elle débarrassait les champs et marécages des serpents et d'autres animaux peu appréciés par les habitants. »

Symbole de fertilité dans l’imagerie populaire d’Alsace, la cigogne est un oiseau de bon augure, et sa symbolique la plus célèbre l’associe aux naissances.

En soirée, nous assistons à un concert commémoratif du 262e anniversaire de la mort de Jean-Sébastien Bach à l’église protestante Saint-Thomas de Strasbourg datant du IXe siècle. Gerhard Gnann qui a conçu le programme et qui a joué sur l'orgue historique J.A. Silbermann datant du 18e siècle. Il a accompagné la Soprano allemande Claudia Kienzler.

Depuis 1909, un concert commémoratif a lieu dans cette église le 28 juillet dans le plus grand silence, c’est un moment de recueillement. Au début du concert on nous avise de ne pas applaudir, qu’il n’y aura pas de rappel et la dernière prestation se fera tout le monde debout à la noirceur pour se mettre dans l’état d’esprit qu’était Bach puisqu’il était aveugle.

Un concert de 90 minutes sans entracte d’une musique et chants inconnus de notre part mais dont nous avons appréciés. À la toute fin, les gens sont sortis comme demandé dans le silence sans féliciter les artistes qui s’étaient dévoués pour faire de ce concert une réussite. Un peu froid comme atmosphère mais les consignes étaient claires.

Dimanche le 29 juillet jour 34

Journée de visite de la vielle ville avec audio-guide. C’est plaisant de faire la visite à notre rythme. Nous avons une carte de la ville avec des repaires chiffrés que nous transposons sur l ‘audio-guide. Les renseignements nous permettent de mieux saisir l’histoire de la ville et découvrir sous un autre angle certains édifices qui à temps normal passeraient inaperçus.

Ce qui attire notre attention est L'Horloge astronomique de la Cathédrale Notre-Dame dont le buffet richement décoré date du xvie siècle, est classée monument historique depuis le 15 avril 19871.

Ce qui attire le plus les touristes, ce sont les automates. Ceux-ci se mettent en mouvement aux quarts d'heures, aux heures et à midi (par rapport à l'heure de l'horloge qui est quasiment5 le temps moyen de Strasbourg).

À chaque quart d'heure, un ange sonne sur une cloche tandis que le second retourne un sablier. Un personnage parmi quatre défile devant la Mort. Ces quatre personnages représentent les âges de la vie : un enfant au 1er quart d'heure, un jeune homme à la demi, un adulte au 3e quart d'heure et un vieillard à l'heure juste.

Une fois par jour, à midi heure locale, soit 12h 30 en heure d'hiver, au dernier étage, ce sont les douze Apôtres qui passent devant le Christ. Au passage des 4e, 8e et 12e apôtres, un coq situé en haut et à gauche de l'horloge chante et bat des ailes. Ce coq rappelle l'épisode du Christ annonçant à Pierre qu'il le renierait trois fois avant que le coq chante.

L’horloge indique bien plus que l’heure officielle puisqu’elle permet aussi de connaître le temps moyen, le jour, le mois, l’année, le signe du zodiaque, la phase lunaire et la position des planètes jusqu'à Saturne.

Une belle visite constructive et intéressante.

La température est clémente pour visiter puisqu’il fait 23 degrés.

Pour notre dernière soirée en Alsace et que la température est propice pour un repas chaud, nous décidons d’aller dans un restaurant typiquement Alsacien et de manger le Baeckoffe. C’est un mijoté de viandes variées (agneau, bœuf porc) et légumes cuits pendant 12 heures dans un plat de terre cuite. C’est un repas copieux et très très chaud. Un plat réconfortant en saison froide. Le serveur nous racontait que plusieurs touristes ont mangé ce plat deux jours auparavant à 38 degrés sur la terrasse. Il se demandait comment ils avaient réussi à tout manger à une chaleur pareille…

Notre séjour en Alsace tire à sa fin. Nous avons été une semaine dans cette région charmante, aux cachets uniques de par les paysages et l’architecture.

Nous gardons de bons et beaux souvenirs.

Mon vœu serait d’y revenir pour les marchés de Noël…

Entry Rating:     Why ratings?
Please Rate:  
Thank you for voting!
Share |