Camino Francès - Saint Jacques de Compostelle travel blog

pas réussi à me prendre assis à la table - not successful...

la pluie tombe on sort les capes - It is raining "capes"...

photo floue mais on voit ce pélerin avec le parapluie rose -...

Bientôt à Burgos - soon in Burgos

Mais qui me suit - who is this guy behind me

jolie graphe en l'honneur des pelerins - Nice painting in tribute to...

En haut de Belorado...un peu penché mais selfie difficile sans pied -...

4 cigognes à l'aise - 4 cool storks

du linge qui pend, on est bien en espagne! clothes hanging...we are...

2 statues de St Jacques en matamaure (vainqueur des maures) et en...


17km - 3h30

Hier je pensais avoir eu une bonne idée en sortant du flux des pèlerins remplissant les albergues citadines. Je suis parti dans cette charmante Albergue "juvenile de Carrasquedo"  excentrée à 1,5km de Grañon, dans la campagne. 17€ pour le dîner,  coucher et petit déjeuner. Le problème est que parce qu'elle n'est pas en ville, elle n'attire pas les pelerins mais plutôt les touristes. Je suis donc revenu dans une ambiance touristique déprimante : repas seul à ma table, partage de la chambre avec un couple de touristes qui sont entrés en me reveillant vers 23h alors que je dormais depuis 2h déjà. Pas le même rythme. En décalage total avec ce fameux esprit du camino dont je parle régulièrement.  Je ne recommencerais plus. Le petit dej est une catastrophe  (à la hauteur de la qualité du dîner la veille ): la gérante avait tout préparé la veille, y compris le café qu'il a fallu passer au micro-onde.  C'est l'exemple typique où le business touristique du pèlerinage l'a emporté sur  la qualité que l'on est en droit d'attendre. Pas cher ne doit pas rimer avec mauvaise qualité. Sans être un exploit sportif, l'effort quotidien de la marche mérite un accueil et une attention particulière de la part des  hôtes.

C'était une étape courte et longue à la fois . Je m'explique : courte  en durée  (3h30) et distance  (17km) mais longue parce qu'il n'y avait aucun bar ouvert pour se rechauffer sur les 3 villages deserts croisés  sous la  pluie et le froid revenu.  Pourtant le guide de poche disait "lors de notre halte nous avons apprécié l'accueil de ses habitants et son histoire'...On le dit bien, chaque expérience sur le camino est différente. Les arrêts dans les bars pour une bonne boisson chaude font partie d'un rituel très pratiqué et apprécié des pelerins.  Ça m'a manqué.  J 'ai donc franchi sous une pluie fine le panneau m'indiquant que j'entrais dans la région de Castilla y Leòn (cf photo)  et donc je laissais la région de La Rioja. Quasiment tout le parcours restant jusqu'a Compostelle se fera dans cette région.  J'ai pu tester pour la première fois l'efficacité de mes protections anti-pluies (sac à dos et moi-même). Parfait. Ça me rappelle lorsque j'étais motard, conduire sous le froid ou la pluie ne posait pas de problème à la condition d'être bien protégé. Mais que dire de ce pélerin Américain qui, devant moi,  en guise de protection a sorti son beau parapluie rose!  On le voit sur une des photos qui est malheureusement floue. J'attendais de voir son parapluie se retourner à cause du vent. Ça n'est pas arrivé ;).  Serait-ce un parapluie special randonnée?  ...ah ces américains...j'ecrirais prochainement  un texte sur les différences culturelles dans la préparation de ce pélerinage.  y a de quoi écrire. ..

Arrivée vers 10h30 (donc tôt ) à Belorado. Visite de la ville prévue après la siesta! Certainement pleins d'églises. .. Il paraît qu'au moyen âge c'est une ville qui refusait de payer l'impôt royal. Respect. Et si on faisait la même chose en France?

Demain une étape dur m'attend vers San Juan de Ortega avec la passage d'un col à 1105m.

--

Yesterday I thought I had a good idea coming out of the flow of pilgrims filling the urban albergues. I went to this charming Albergue "juvenile Carrasquedo of" at 1.5km away from Grañon in the countryside. € 17 for dinner, bed and breakfast. The problem is that because it is not in town, it does not attract pilgrims but rather tourists. So I retrieved  a depressing tourist atmosphere: alone at my diner table, sharing the room with a couple of tourists who entered the room at around 11pm and woke me up while I have been sleeping for 2 hours already. Not the same pace. Away from  the spirit of the  camino I speak regularly. I will no longer do this. Breakfast is a disaster (as bad as the quality of the dinner): the manager had prepared everything the night before, including coffee that had to go warm to the microwave. This is a typical example where the tourist business of the pilgrimage outweighed the quality that pilgrims are entitled to expect. Cheap should not rhyme with poor quality. Without being a sporting achievement, the daily effort of walking deserves special attention from the hosts.

It was both a  long and short stage. Let me explain:  short duration (3h30) and distance (17km) , long  because there was no open bar to warm up on the 3 desert villages crossed in the rain and cold. Yet the pocket guide said "when we stopped we enjoyed the hospitality of its people and its history ... every experience is different on the camino. Stops in  bar for a hot drink is  part of a ritual practice really appreciated by pilgrims. I missed it. I entered the region of Castilla y Leòn under the rain  (see photo) and therefore I left the region of La Rioja. Almost the entire route until Compostela will remain in this region. I have been validating  for the first time the effectiveness of my anti-rain protection (for the backpack and for myself) . It is perfect. It reminds me of when I was a biker, driving under the cold or rain did not pose any problem as long as I was well protected. But what about that pilgrim American who, for only protection has opened his beautiful pink umbrella! We see him on a picture which is unfortunately fuzzy. I was waiting to see her umbrella to turn over because of the wind. That did not happen;). Could it be an umbrella special for hike? . I'd soon be writting a text about cultural differences in the preparation of this pilgrimage. there is a lot to say ..

Arrival around 10:30 (so early) to Belorado. City tour planned  after the siesta! Probably full of churches. .. I was told   that it is a medieval city that refused to pay royal taxes. All my Respect. What if we do the same in France?

Tomorrow a hard stage awaits me to San Juan de Ortega with the passage of a pass at 1105m.

Entry Rating:     Why ratings?
Please Rate:  
Thank you for voting!
Share |